Tous les logements français sont équipés d’un dispositif de chauffage qui peut être individuel ou collectif. Le point sur les évolutions du chauffage collectif.

## Focus sur le chauffage collectif Le chauffage collectif concerne essentiellement l’eau chaude dans un immeuble. Il peut être assuré par un ou plusieurs générateurs (chaudière au fioul ou à gaz). L’utilisation de l’énergie solaire compte parmi les évolutions en termes de chauffage collectif. En effet, elle offre de nouvelles solutions de chauffage grâce aux panneaux solaires thermiques. En termes de chauffage collectif, la loi limite la température de chauffage dans un logement à 19 °C. Elle ne doit pas descendre en dessous de 18 °C dans les immeubles récents. Ainsi, les constructeurs sont tenus de s’assurer que les équipements de chauffage permettent de maintenir la température au centre des pièces à 18 °C. Depuis 2017, les ménages partageant un chauffage collectif bénéficient d’une facture individuelle.

### La différence avec le chauffage individuel À la différence du chauffage individuel, le chauffage collectif peut être assuré par une ou plusieurs chaudières qui desservent un groupe d’habitation ou un immeuble. Aujourd’hui, le chauffage collectif connaît quelques évolutions. En outre, il peut puiser son énergie à partir d’un réseau de chaleur qui est produite par un gisement géothermique, une source calorique industrielle ou une usine d’incinération. L’on constate également des évolutions du chauffage collectif au niveau de la règlementation.

### La règlementation sur le chauffage collectif Un décret d'application de la loi sur la transition énergétique de 2015 impose aux immeubles équipés d’un chauffage collectif de s’équiper de compteurs individuels. Cette mesure permet d'individualiser les frais de chauffage. En effet, les compteurs individuels déterminent la quantité de chaleur que chaque logement utilise. Cette obligation s’applique uniquement si : * La mise en place de compteurs individuels permettant d’avoir une facture est techniquement réalisable ; * Le coût de la modification des installations de chauffage n’est pas excessif ; * Les constructions concernées ne sont pas des logements-foyers ou des établissements hôteliers.

Cette nouvelle règlementation ne prévoit pas de date de mise en route du chauffage collectif pour 2019 qui devrait s’imposer à l’ensemble des copropriétés lorsque les températures baissent. En principe, le syndic fixe le jour de l’allumage. Toutefois, les copropriétaires peuvent demander à allumer le chauffage en avance en cas de froid précoce. La période la plus souvent retenue pour la date de mise en service du chauffage collectif ainsi que la date d’arrêt prévu est celle du 15 octobre au 15 mai. Elle dépend de la situation géographique de la copropriété et est modifiable. Dans les résidences collectives, la répartition de la facture énergétique se fait au tantième. L’individualisation des frais de chauffage est nécessaire pour une meilleure équité. Ainsi, chaque occupant paie la somme qui correspond à sa consommation réelle.

évolutions chauffage collectif

## Le chauffage individuel Le chauffage individuel convient mieux aux bâtiments isolés à l’instar des maisons particulières. Cependant, il nécessite plus d’investissement en termes de frais de fonctionnement et de temps. Cette solution peu flexible, mais simple, est bien souvent économique. Elle affranchit également l’utilisateur des contraintes liées à l’entretien et à la gestion.

### Les avantages et les inconvénients du chauffage individuel En dehors des textes règlementaires en vigueur et des contraintes techniques du bâtiment, le chauffage individuel n’impose pas d’autre obligation à l’occupant ou au propriétaire. En outre, ce système offre une liberté totale (le choix de l’énergie, du type chauffage, du niveau de confort, du mode de production d’eau chaude, etc.). Les inconvénients du chauffage individuel sont liés aux coûts et à l’investissement en temps. Ils comprennent le prix de l’installation et de la maintenance, les études pour l’optimisation du choix de chauffage, la gestion de l’approvisionnement en combustible, mais aussi du fonctionnement et des entretiens.

### La répartition des charges du chauffage collectif Les travaux de mise en place d’un chauffage collectif font partie des charges spéciales et leur répartition obéit au critère de l’utilité. La répartition du coût des travaux dépend des avantages offerts par l’équipement commun dont bénéficie chaque lot. Les copropriétaires qui n’ont pas voté la mise en place du chauffage collectif disposent d’une dizaine d’années pour payer leur part des travaux. Les frais de chauffage incluent le frais commun (30 % des dépenses) et les consommations individuelles (70 %). Grâce aux compteurs individuels, également appelés répartiteurs de chauffage, l’on peut quantifier la consommation individuelle de chaque logement, et seuls les frais communs sont répartis. Dans le cas contraire, l’intégralité des frais doit être divisée selon le critère de l’utilité. L’on procède en fonction du volume chauffé ou de la surface de chauffe.

## Les avantages et les inconvénients du chauffage collectif Le chauffage collectif présente des avantages et des inconvénients. Par ailleurs, mieux vaut choisir un immeuble avec des appartements pourvus d’un chauffage collectif au gaz. Renseignez-vous davantage sur les différences entre chauffage collectif et individuel avec cette page.

### Les avantages du chauffage collectif Le chauffage collectif possède de nombreux avantages, mais son principal intérêt concerne la mutualisation de coûts : * Les économies sur le prix du combustible (par effet de volume) ; * Le partage des frais d’investissement et de maintenance ; * Gain de place dans l’habitation ; * Inutilité d’une gestion d’investissement ou de fonctionnement.

Apprenez-en davantage sur le chauffage collectif sur ce site.

### Les inconvénients du chauffage collectif Parmi les contraintes et les inconvénients du chauffage communautaire se trouvent : * Les dates de début du chauffage collectif, mais aussi de fin sont imposées ; * L’inexistence de la maîtrise des dépenses énergétiques ; * Les risques d’inconfort en cas de défaut de conception du système ; * L’absence de retour financier sur les efforts personnels en matière d’isolation, d’écologie ou de réduction de la température d’ambiance.

### Le type de chauffage Un système de chauffage collectif peut prendre la forme d’une chaudière ou d’un raccordement à un réseau de chaleur. Avant de faire un choix, faites faire un diagnostic réalisé par un bureau d’études thermiques. Il vous fournira des indications concernant la puissance nécessaire. Il réalisera également des simulations de performance et de consommation qui vous aideront à faire le choix le plus adapté. Pour bénéficier d’un chauffage collectif, vous devrez remplacer les radiateurs existants par des modèles qui seront compatibles avec le système que vous aurez choisi.